Les hypersensibles ont appris très tôt et à leur dépend, qu’ils étaient différents.
Enfants, ils ont lu la surprise, l’étonnement, voir l’agacement jusqu’à la consternation, sur le visage de leurs parents et professeurs. Leur singularité en a surpris plus d’un qui n’ont pas toujours su réagir convenablement, ce qui a entrainé un sentiment de décalage chez l’enfant hypersensible. « Je ne suis pas comme je devrais être ».
Or, leur besoin d’amour, de reconnaissance et d’acceptation font qu’ils sont prêts à faire beaucoup pour l’obtenir. L’enfant va donc s’adapter autant que possible à ce qu’on attend de lui/d’elle. Et souvent, c’est toujours le cas à l’âge adulte. S’en suit un profond sentiment de manque de sens, d’ennui, et ce, jusqu’à la dépression ou le burn out.

  • « J’ai fait du droit/de la comptabilité alors que je voulais faire une école d’art/de psy. Mais mes parents étaient contre. »,
  • « Par souci de sécurité, j’ai pris un boulot qui ne me convenait pas, ça rassurait mes proches. »
  • « J’étais bonne à l’école, on m’a encouragée à faire de longues études, alors que je déteste la compétition et rêvait d’être mère au foyer. »

 

7 raisons pour lesquelles vous ne devriez pas essayer de rentrer dans le moule :

 

  • Parce qu’aucun ne vous correspond vraiment à moins que vous ne participiez activement à sa mise en place. Vous déborderez de tous ceux qui, pré-formatés, vous seront proposés. En tant qu’hypersensible, vous seul savez créer les « cases », les moules qui vous conviennent : les vôtres propres et de préférence à géométrie variable.
    Les hypersensibles ont un profond besoin de liberté.

    Cela ne signifie pas que pour vivre au mieux son hypersensibilité, il faille demeurer dans une hutte au fond des bois, en rejet de tout y compris de l’engagement, en marge, à mâchonner un brin d’herbe en regardant défiler les nuages jour après jour.

    Ça signifie que dans l’entreprise, par exemple, vous vous épanouissez si vous être libre de faire comme vous le sentez, et si on vous fait confiance. Oubliez la compétition et les objectifs de résultats, ça vous sied très mal. Oubliez aussi les patrons abusivement autoritaires, vous ne les supporterez pas longtemps.

Être bien dans votre couple implique que soient respectées vos valeurs de liberté aussi.

Vos limites elles aussi doivent être considérées. Que vous ayez trop ou trop peu d’énergie, besoin de temps de repos, de détente, de solitude, de silence, ou d’activité.

  • Parce que si vous passez votre vie à tenter de correspondre à ce qui est attendu de vous, vous allez vous épuiser. Vous n’êtes pas là pour ça. Cessez de penser/croire que votre hypersensibilité est un problème et vous allez tellement aimer ce que vous découvrirez, que vous ne pourrez plus faire autrement que d’écouter qui vous êtes vraiment.

 

  • Parce qu’il n’est pas possible de rentrer dans le moule ET en même temps, d’être à l’écoute de ses ressentis, de son intuition. Or ce sont des qualités intrinsèques des hypersensibles. Elles sont puissantes.
  • Votre créativité est immense. Pas juste avec des pinceaux ou un fil et une aiguille, non. Vous êtes aussi créatifs que l’est le vivant. Pensez aux couleurs des couchers de soleil, des aurores boréales, de la nature au printemps, à la diversité en taille et en forme, des espèces qui peuplent la terre. Que ce soit aux fourneaux, avec l’écriture, la déco, la coiffure, au sein de votre entreprise, les idées sont là, prêtes à fuser si vous leur en laissez l’espace. Ne vous limitez pas !
  • Les hypersensibles sont des êtres évolués. Lorsqu’ils lâchent leur peur d’être hors norme et celle de ne jamais vraiment réussir à correspondre et donc de décevoir, ils commencent à ressentir la puissance de leur hypersensibilité. Et une fois qu’on y a gouté… on a plus envie d’arrêter. C’est ce qui est magnifique chez les hypersensibles.
  • Nous sommes partie intégrante de la nature, de la même façon qu’un peuplier ou une poule faisane, un pissenlit ou une girolle. Pour une hypersensible, la nature est essentielle. C’est par ce biais qu’elle se reconnecte au vivant. Comme une batterie qu’on doit brancher à la source. Vous êtes malheureux(se) en ville, dans le béton, en étage ? Vous n’êtes pas anormal(e), vous êtes connecté(es).

 

  • Votre hypersensibilité fait de vous une personne riche de plusieurs facettes.
    C’est très dommage de ne vouloir en vivre qu’une seule.

    Les jeunes hypersensibles (mais aussi les moins jeunes) se donnent beaucoup de mal pour trouver LA voie dans les études, LE métier, LE job qui va bien. Entendez, le statut social qui les rendra acceptables. Je les vois commencer à stresser dès le lycée. Le choix de la filière, de l’orientation, le seul mot : Parcoursup les tétanisent.  Et lorsqu’enfin ils trouvent, ils s’épuisent vite, parce qu’ils s’ennuient vite.

Du coup ils s’en veulent de ne pas y arriver, de vouloir arrêter ce qu’ils viennent à peine de commencer. Ils se traitent d’instables, d’éparpillés, quand ce ne sont pas leurs proches qui le leur reprochent.

Or, qu’ils soient jeunes ou adultes, les hypersensibles ont besoin d’exercer plusieurs de leurs facettes en même temps.
Par exemple, Adèle est à la fois illustratrice, écrivain et artisan. Victor est à la fois dans l’évènementiel et la confection de mobilier. Franck est à la fois banquier le jour et DJ la nuit. Michel est intéressé par les vêtements pour hommes, mais aussi les tatouages, la coiffure et la nutrition.  Aucun doute qu’il trouvera un moyen de TOUT utiliser pour en faire sa pâte avec succès. Ça prendra peut-être un peu plus de temps, mais quelle joie, de vivre de son art dans le plaisir.

 

Comprendre ce qui fait votre singularité en tant qu’hypersensible, vous permettra d’accepter toutes vos facettes. Apprendre à faire confiance à ce qui vous compose, vous donnera une liberté sans précédents et un accès à une vie riche et passionnante.
Ça vaut le coup, non ?!